Belgique : le dos nu du Premier ministre fait scandale

Publié le par LeParisien.fr

Une émission de télévision belge montre une scène d'intimité d'Elio di Rupo. Les commentateurs wallons s'arrachent les cheveux sur ce dos dénudé

Un  Premier ministre torse nu dans sa chambre, le temps de changer sa chemise. La séquence d'un reportage de la télévision  belge sur Elio Di Rupo fait largement polémiquer les commentateurs wallons. Diffusé sur la chaîne flamande «Vier», les extraits de l'émission «Kroost» consacré au chef de l'Etat ont déchaîné les passions, surtout du côté francophone. «Deux petites secondes d'un teaser pour l'épisode de «Kroost», qui sera diffusé le 24 février, ont suffi à susciter un intense débat» note le quotidien De Morgen. 

Flamands contre Wallons

«Kroost» est une émission dont le principe est de rentrer dans  l'intimité des hommes politiques. Selon Europe 1, le rédacteur en chef du Vif/L'Express voit dans ce reportage consacré à Elio Di Rupo, une opération séduction pour la Flandre, qui se montre réticente aux hommes politiques wallons. «Dans le fait de montrer ce dos, c’est la symbolique [...] d'un type en top condition. Alors qu’il est censé représenter, en Flandre, ce qu’il y a de pire en Wallonie, puisqu’il est socialiste : le laisser-aller, l’ankylosé, le boursoufflé, le périmé», analyse Thierry Fiorilli.

Certains lui prêtent, à trois mois des législatives, des intentions électoralistes.  «La Wallonie choquée de voir Elio Di Rupo à moitié nu sur la chaîne Vier», titre le journal flamand Het Nieuwsblad. «Di Rupo se met à poil pour faire parler de lui ?» s'interroge élégamment l'émission «On refait le monde» (RTL-TVi). 

A droite, un député du Mouvement réformateur estime ce geste «scandaleux»,  une «honte» pour la  Belgique. Le journal Le Soir fustige la peopolisation de la vie politique : «C'est le summum de l'indécence. Pourquoi un Premier ministre a besoin de se mettre à poil pour faire parler de lui ? Quel est le message politique ?»

«Mais pourquoi tant de bruit ? se demande le journal flamand De Morgen.

Commenter cet article