Vers une première "salle de shoot" pour toxicomanes en France

Publié le par 7sur7.be

© reuters.

Un premier lieu en France de consommation de drogue pour toxicomanes, appelé "salle de shoot" et existant déjà dans plusieurs pays européens, devrait ouvrir à l'automne à Paris, près de la gare du Nord, en dépit de l'opposition de riverains, ont annoncé jeudi des élus locaux.

 

 

La salle d'environ 200 m2 fonctionnera sous contrôle médical. Elle pourra accueillir en même temps une vingtaine de toxicomanes et entre 100 à 150 par jour. Elle sera gérée par une association, Gaia-Paris, et devrait ouvrir sept jours sur sept. 

Le maire socialiste du quartier populaire où elle sera installée, Rémi Féraud, a indiqué espérer son ouverture à l'automne. La salle doit permettre aux toxicomanes vivant dans la précarité de consommer leurs drogues sous supervision de personnels de santé et de réduire les troubles à l'ordre public. 

"Cette salle sera implantée dans un quartier déjà frappé par de multiples trafics et délinquances", a dénoncé un élu de l'opposition de droite, qui avait organisé en avril une "votation" contre ce projet, avec succès (280 voix contre, 16 pour).

"C'est mieux d'avoir une salle que de se shooter dans la rue", souligne un riverain depuis onze ans. "Mais cela va inquiéter les gens qui vont au théâtre des Bouffes du Nord, juste à côté, et les touristes qui passent par là pour aller à Montmartre", juge-t-il. 

"Le quartier va perdre beaucoup", affirme aussi le directeur d'un hôtel trois étoiles situé dans une rue mitoyenne. "On s'attend à une perte énorme, peut-être à une fermeture, alors que le quartier commençait à se développer", déplore-t-il. 

La Suisse et les Pays-Bas notamment ont déjà expérimenté les salles de consommation de drogue. Selon un sondage de 2012, une majorité de Français (55%) est opposée à l'ouverture de lieux légaux de consommation de drogue.

 

 

Publié dans société

Commenter cet article